Bilan du baromètre des villes cyclables 2019

L’édition 2019 du Baromètre des Villes cyclables a connu un succès incroyable et inattendu en réussissant le tour de force d’obtenir plus de 184 000 réponses, qualifiant ainsi 763 villes en France.

C’est un record absolu qui place l’enquête du Baromètre des villes cyclables Parlons vélo comme l’étude participative la plus massive et la plus importante au monde jamais réalisée sur le vélo, dépassant en volume le record du Fahrradklimatest 2018 du Fahrrad Club en Allemagne dont la FUB s’est inspirée pour créer son baromètre.

Vélocité 86 tient à remercier dans la Vienne, toutes les personnes qui ont participé à l’enquête (plus de 1000 réponses), tous les bénévoles, les associations, les collectivités locales et les institutions, qui se sont mobilisés pour faire connaître l’enquête d’une manière ou d’une autre.

S’il nous fallait une dernière confirmation pour penser que le vélo sera un élément fort de la campagne des municipales 2020, le Baromètre nous a définitivement convaincus.

Le premier résultat dévoilé prend la forme d’une carte des points noirs et axes à aménager en priorité, une carte qui doit devenir un véritable outil d’aide à la décision pour les responsables des communes de la Vienne, et surtout des candidates aux municipales 2020 ! Cette carte est accessible sur carto.parlons-velo.fr

Avant la diffusion officielle des résultats du Baromètre lors du Congrès de la FUB début février 2020, Vélocité 86 tient à livrer une première analyse des données déjà publiées.

Une participation en forte hausse

A l’instar de la participation au niveau national, la communauté cycliste de la Vienne s’est fortement exprimée : trois villes figureront dans le classement du baromètre des villes cyclables (Poitiers, Châtellerault et Buxerolles). Vélocité 86 espère pouvoir donner une analyse synthétique pour plusieurs autres villes, si les données des réponses libres le permettent.

Consulter la participation ville par ville dans la Vienne

Une répartition géographique des répondants qui ne se limite pas aux zones urbaines

Si la majorité des réponses se concentre sur les agglomérations de Poitiers et Châtellerault, on observe un nombre de réponses conséquent en zones rurales, non exploitables en tant que telles car très diffuses, mais qu’il ne faut pas négliger (exemples : La Roche-Rigault, La Grimaudière, Lhommaizé, Lizant, Dangé Saint Romain).

Cette tendance est confirmée par la carte des zones à aménager en priorité qui fait apparaître des liaisons rurales dans les environs de Vouillé ou Chauvigny.

C’est un point à travailler par les communes concernées et le Département de la Vienne. Il est plus que jamais d’actualité d’aménager les liaisons entre les centres bourg, et les itinéraires de rabattement vers les transports en commun dans les zones rurales (arrêts de bus, gares).

L’analyse des données cartographiques

Si plusieurs biais d’interprétation existent pour ces résultats (les points noirs totalement évités par les cyclistes peuvent ne pas apparaitre, les indications sont le reflet des trajets des seuls répondants, le nombre de réponses est très disparate d’une commune à une autre, voire d’un secteur à l’autre d’une même ville), ces données n’en demeurent pas moins un outil précieux qui permet de dégager des tendances.

Poitiers

Sans surprise, le principal point noir de la Ville de Poitiers reste l’itinéraire Centre ville => Campus universitaire/CHU avec la rue du faubourg du pont neuf, dont l’aménagement est demandé par plus de 150 participants. Dans son prolongement les deux carrefours avec la rocade des avenues Jacques Cœur et du recteur Pineau regroupent 30 signalements de points noirs. La rue Jean Jaurès apparait également comme un axe à aménager.

Les autres axes notables en matière de points noirs sont la porte de Paris, le viaduc Léon Blum (très fréquenté par les cyclistes, victime probable de son succès, mais aussi du manque de clarté dans la définition des espaces de circulation et des trajectoires d’entrée et de sortie) et l’ensemble du boulevard circulaire (coïncidence ? on retrouve un nombre important de signalements sur le boulevard François Albert, à l’endroit même où la bande cyclable sur chaussée vient d’être supprimée avant d’être rétablie à la va-vite sur le trottoir).

Concernant les demandes d’aménagements (en dehors de l’axe centre ville => Campus/CHU) , on trouve principalement la rue de la Tranchée ou l’Avenue du 11 novembre.

Dans l’agglomération, ce sont tous les axes pour sortir de Poitiers vers la petite ou la moyenne couronne qui font l’objet des signalements ou des demandes d’aménagements. A noter, une belle mobilisation à Ligugé fait ressortir une demande d’aménagement forte de l’axe Ligugé et Poitiers (20 remontées utilisateurs).

Châtellerault

La participation étant moins massive, les tendances sont moins marquées. L’essentiel des points noirs se situe dans le centre ville de Châtellerault (pont Camille de Hogues, quartier de la gare). On observe que nombre de ronds points de l’agglomération sont signalés comme des points noirs.

Quelques autres axes à aménager : avenue Pierre Abelin, boulevard Victor Hugo, avenue Marcel Foch, avenue du Président Wilson, Avenue de Kaya, route de Nonnes.

Comme à Poitiers, on retrouve la demande pour aménager les axes vers la couronne extérieure de l’agglomération.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail

Baromètre des villes cyclables

baromètre des villes cyclables

La seconde édition de l’enquête de la Fédération de Usagers de la Bicyclette « Baromètre des villes cyclables » est lancée depuis le 9 septembre ! 😀👍

Tous les cyclistes de France sont invités à répondre pour exprimer leur ressenti lors de leurs déplacements à vélo.

Les résultats, communiqués en début d’année 2020, donneront lieu à un classement des villes cyclables selon les ressentis des cyclistes et détermineront si votre ville est faite pour le vélo 🚲. Cette seconde édition est également l’occasion de mesures les impacts des politiques cyclables des municipalités et inter-communautés menées entre 2017 et 2019, et de peser sur les programme des candidats aux élections municipales à venir.

Vous pouvez relire notre analyse du premier baromètre dans la Vienne, nous espérons encore plus de réponses cette année sur Grand Poitiers, et plus largement dans la Vienne. Seules les communes ayant recueilli au moins 50 réponses pourront participer au classement.

Donnez votre avis d’usager en 5 minutes sur http://barometre.parlons-velo.fr/ et partagez l’enquête autour de vous. Vous pouvez répondre pour chaque communes dans laquelle vous circulez.Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail

Sortie vélo avec les élus de Grand Poitiers

Sortie vélo avec les élus de grand Poitiers - 14 octobre 2017

Sortie vélo avec les élus de grand Poitiers – 14 octobre 2017

Suite à l’appel lancé par les trois associations/collectif pictaves Vélocité 86, l’Atelier du petit plateau et Vélorution Poitiers, une première mise en situation des élus s’est déroulée le samedi 14 octobre 2017. Nous remercions les 6 élus qui ont répondu à cet appel, dont 3 seulement étaient présents (Jacques Arfeuillère, Christiane Fraysse et Marie Madeleine Joubert, élus Osons Poitiers, conseillers municipaux de la ville de Poitiers), les autres étant excusés (Jules Aimé, élu Parti Socialiste, conseiller municipal de la ville de Poitiers / Manon Labaye, élue Osons Poitiers, conseillère municipale de la ville de Poitiers / Isabelle Soulard, élue Vienne à gauche, conseillère départementale de la Vienne).

C’est donc un peloton d’une vingtaine de personnes qui s’est élancé avec 30 minutes de retard (il fallait bien attendre un peu d’éventuels élus retardataires…) dans les rues de Poitiers.

  1. Place du Maréchal Leclerc
    • on apprécie Cœur d’agglo, qui permet une circulation apaisée dans le cœur de ville.
  2. entrée viaduc des Rocs
    • on ne sait pas où se situe le cheminement cyclable
    • si on veut prendre la piste, l’entrée en plan incliné, avec une bordure de trottoir est très dangereuse (idem pour les piétons d’ailleurs)
    • cette entrée de piste n’est lisible pour personne : vélos, autos, piétons… ce qui peut entraîner des conflits d’usage
    • pourquoi ne pas autoriser la circulation des cyclistes sur la voie avec les bus ?
    • comment rejoindre la piste cyclable en sortant du cinquième étage du parking Toumaï ? il faut traverser au niveau de l’arrêt de bus pour rejoindre la piste de l’autre côté, avec des trottoirs haut de 20 cm…
  3. Viaduc des Rocs
    • un bon moyen tranquille pour échapper à la circulation et au relief quand on doit relier le centre ville et Poitiers nord/ouest
  4. sortie viaduc des Rocs
    • où se poursuit la piste après le viaduc ? un panneau de fin de piste, puis plus rien…
    • quand on vient du haut de l’avenue de Nantes, aucune indication de l’entrée de piste, on ne voit  le panneau de piste cyclable qu’une fois qu’on l’a dépassé.
    • de même que de l’autre côté, la trajectoire vélo n’est lisible pour personne, autos ou vélos, ce qui engendre des conflits d’usage.
  5. Bas de l’avenue de Nantes
    • les pictogrammes vélo au sol ont été collés au trottoir, sur lequel stationnent des automobiles. Cela induit, à la fois pour les cyclistes et les automobilistes que la circulation des vélos doit se faire sur les pictogrammes, or il existe un fort risque d’ouverture des portières des automobiles. La nouvelle réglementation permet pourtant désormais de dessiner les pictogrammes plus au milieu de la chaussée (Décret n° 2015-808 du 02 juillet 2015).
    • Sur cette portion le revêtement sur le bord droit est très abîmé, ce qui crée un risque de chute pour les cyclistes.
  6. Porte de Paris
    • C’est une des gros points noirs en terme de circulation à Poitiers. Si nous admettons que cet aménagement cyclable n’est pas aisé, les grands travaux réalisés sur ce carrefour il y a 2 ans auraient pu être l’occasion d’intégrer les déplacements doux comme l’exige désormais la loi LAURE. Occasion manquée : rien n’a été prévu pour les vélos, si ce n’est leur demander d’emprunter les cheminements piétons s’ils ne sont pas assez téméraires pour se frotter aux carrosseries.
  7. Boulevard Grand Cerf
    • de la Porte de Paris vers la gare, aménagement correct avec une voie de bus partagée, un « tout droit cycliste » au carrefour avec rue Grignon de Montfort.
    • en revanche, la voie s’arrête au niveau de l’entrée du parking Toumaï, sur cette voie très fréquentée, on est « poussé » par les automobiles qui suivent, et ce, malgré la zone 30. Une situation très désagréable.
  8. Boulevard Solférino
    • La piste est sur le trottoir droit pour monter. Mal identifiée, sauf par un panneau en bas du boulevard, des restes de marquage au sol anciens, qui semblent recouverts d’une couche goudronnée, mais dont la « couverture » se désagrège entretient le flou sur le véritable usage du « trottoir ». Conflits avec les piétons qui n’identifient pas la piste.
    • Un escalier piéton débouche directement du haut de la ville, aucune indication pour prévenir les cyclistes créant un danger pour les piétons et les cyclistes.
    • Pour les courageux qui s’aventurent sur la chaussée… l’inconfort est considérable, frôlés de près par les voitures, les bus et les cars qui sont nombreux sur cet axe.
  9. Rue de la Marne

    • arrêté au feu au carrefour avec la rue, on peut se trouver en conflit avec un bus qui ne peut tourner sans empiéter sur la piste. Il faudrait reculer le feu vélo pour éviter le problème.
    • pas d’indication visuelle pour les voitures (ni panneaux, ni pictos au sol) qu’elle peuvent croiser des vélos, ce qui entraîne des conflits
    • impossibilité de croiser avec un bus
    • déboucher au carrefour en haut de la rue est très dangereux, toutes les automobiles tournent très à gauche en venant des rues Arthur Ranc et des Ecossais. Il faudrait avertir les automobilistes que des vélos peuvent se trouver à cet endroit.

Et pour la suite ?

Si on ne peut que regretter le peu d’intérêt suscité par cet appel auprès de nos élus, nous envisageons de réitérer ce type de rendez-vous, qui nous a valu de très bons retours dans la presse locale avec pas moins de 5 ou 6 publications.

Mais sans attendre, les élus et les citoyens qui souhaitent nous rencontrer pour échanger sur les problématiques vélo sont invités à nous contacter ou à nous rejoindre lors de nos sorties mensuelles, le deuxième samedi du mois à 14h, place du Maréchal Leclerc, ou lors de nos réunions mensuelles, le troisième lundi du mois à 19h, à la Maison de la Solidarité à Poitiers.

Attention : exceptionnellement la sortie de novembre aura lieu le 18/11. Destination : campus universitaire.

Revue du web – les principaux articles

Centre presse :

France 3 Poitou-Charentes :

Radio Pulsar :

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail